Enfants & pornographie du net

La prolifération de nouvelles technologies fait en sorte que "la pornographie juvénile est aujourd'hui encore plus facile à produire, puis à diffuser", a dit M. Paradis.

"Notre gouvernement propose un nouveau régime de signalement obligatoire applicable aux fournisseurs de services internet. Si ces fournisseurs reçoivent un avis du public au sujet de la pornographie juvénile sur internet, ils devront le signaler à un organisme désigné", a-t-il poursuivi.

"Demain, s'ils découvrent que leurs propres réseaux sont utilisés pour donner accès à de la pornographie juvénile ils seront tenus d'en aviser la police et d'en conserver la preuve sous peine d'amendes progressives et d'emprisonnement".

Ces amendes iront de mille à cinq et à dix mille dollars canadiens pour la première, deuxième et troisième infraction commise par un individu et de dix mille à cent mille dollars pour les entreprises. Elles pourront être accompagnées de six mois d'emprisonnement.

L'opinion publique canadienne a été choquée récemment par la découverte d'images pornographiques dans l'ordinateur portable d'un évêque catholique. Démissionnaire, il a été inculpé pour possession et distribution de pornographie infantile.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


Regie Publicite Afrique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×