Dakar fait des pieds et des mains pour la création des Etats Unis d'Afrique

Le Sénégal n'acceptera pas une remise en cause de la création en 2017 des Etats unis d'Afrique, comme cela avait été arrêté par l'Union africaine, a averti, mardi à Dakar, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio.


Le ministre sénégalais, qui faisait une communication sur le Gouvernement de l'Union et la création de l'Autorité de l'Union africaine, dans la cadre du symposium sur les Etats unis d'Afrique, a noté le "flou artistique insupportable maintenu autour de la création des Etats unis d'Afrique", se demandant si l'Union franchira finalement le rubicond, pour proclamer, comme prévu, les Etats unis d'Afrique en 2017.

"S'il s'agit de continuer à faire de l'UA une organisation intergouvernementale avec une Commission servant de simple secrétariat, le Sénégal n'est pas intéressé", a martelé Cheikh Tidiane Gadio, ajoutant que "l'Afrique a perdu beaucoup de temps au moment où le Brésil, l'Inde, la Chine font des pas de géant".

Se montrant catégorique, le ministre sénégalais des Affaires étrangères clame: "il est hors de question que ceux qui ne sont pas d'accord avec la mise en place des Etats unis d'Afrique, fassent prévaloir leur position".

Par ailleurs, Cheikh Tidiane Gadio a estimé que des progrès ont été enregistrés dans la marche de l'organisation continentale, depuis sa création en 1963 à Addis-Abeba, en Ethiopie, citant comme preuve le changement d'attitude de certains pays qui considéraient les Etats unis d'Afrique comme un rêve et qui, aujourd'hui, acceptent de voir ce projet à l'ordre du jour.

Pour en arriver là, il a fallu un long combat et des débats houleux au sein de l'Union africaine. A trois reprises, l'UA a frôlé la rupture entre les Etats qui voulaient la mise en place d'un gouvernement de l'Union et ceux qui freinaient des quatre fers, a révélé M. Gadio.

Il a fallu à chaque fois trouver un compromis entre ceux qui voulaient la mise en place immédiate d'un gouvernement de l'Union et les autres, considérés comme des "gradualistes", notamment à Accra (Ghana), en juillet 2007, où le gouvernement de l'Union avait enfin été perçu comme l'ultime étape vers la création des Etats unis d'Afrique.

A Addis-Abeba, en janvier 2009, la transformation de la Commission en Autorité a été prise à l'issue d'un long débat. Le sommet de Syrte, qui s'est déroulé début juillet, n'a pas failli à la tradition. Là aussi, les débats ont été houleux à propos des prérogatives et attributions qui seront dévolues à l'Autorité qui se substituera à la Commission de l'Union africaine.

Il a fallu "une grande implication" du guide libyen, Mouammar Kadhafi, pour qu'un compromis soit trouvé autour de la mise en place, au niveau de l'Autorité, de secrétaires chargés de la politique commune des Affaires étrangères, de la Défense et du Commerce, a déclaré M. Gadio.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


Regie Publicite Afrique

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site